Comprendre la météo marine

Comprendre les bases pour lire la météo marine

La météorologie maritime ou marine est la branche de la météorologie générale qui étudie les conditions affectant les grandes étendues d’eau. Océans y compris. C’est une discipline qui fournit des informations importantes pour la sécurité de la navigation maritime.

Avec l’essor des nouvelles technologies de l’information, chaque navigateur a accès à des outils et des informations météorologiques. Des informations longtemps réservées aux navires de guerre et marchands. 

Dans cet article, nous aborderons les bases de la météo marine. Ainsi que les principales informations fournies pour assurer une navigation en toute sécurité.

Quels sont les éléments principaux de la météo marine ?

Quatre éléments agissent en communion afin de produire le temps, nous avons : la pression atmosphérique, la température, l’humidité atmosphérique ou l’hygrométrie et le vent.

Température 

Tous les phénomènes météorologiques sont le résultat du rayonnement du soleil qui réchauffe la surface de la terre et l’air ambiant. La plupart de ces phénomènes se produisent au sein de la troposphère. C’est la couche située entre la surface de la terre et la stratosphère.

L’air chaud a toujours tendance à monter (ascendant). Par contre, l’air froid a toujours tendance à descendre vers le sol (descendant). La circulation d’air provoquée par les changements de température constitue une chambre de convection.

En général, la latitude a un effet significatif sur la variation de température. Plus on est proche des pôles, plus la température est basse et vice versa.

Pression

La pression atmosphérique exprime le poids d’une colonne d’air sur une surface donnée. Lorsque la pression mesurée est inférieure à 1013 HPa, on parle de basse pression (pression atmosphérique moyenne). Lorsqu’elle est supérieure à 1013 HPa, on parle de haute pression.

Principalement, l’air se déplace toujours des zones de haute pression vers les zones de basse pression. Lorsque la haute pression forme un anticyclone (zone de haute pression), la basse pression forme la dépression. 

Une chute brutale de la pression atmosphérique annonce souvent des intempéries. Dans les océans des tropiques, les basses pressions forment des cyclones tropicaux.

Vent 

Parmi tous les éléments de la météo marine, le vent est l’élément qui a la plus grande influence sur la navigation. Les vents violents, les ouragans, les tempêtes et les cyclones peuvent mettre en danger les navires et affecter la sécurité des personnes à bord. On peut mesurer le vent en trois unités : 

  • Un nœud correspondant à une vitesse de 1852 mètres par heure.
  • Kilomètre par heure (1 nœud = 1.852 km/h)
  • Mètre par seconde (1 nœud = 0.5m/s environ)

La vitesse du vent peut aussi être estimée à l’aide de l’échelle de beaufort. Il s’agit ici d’une échelle de graduation empirique développée par un amiral britannique et portant son nom. Il mesure le vent sur une échelle de 0 à 12 en fonction de l’état de la mer.

La catégorie 0 correspond à des vitesses de vent inférieures à 1 km/h. Et la catégorie 12 correspond à des ouragans avec des vitesses de vent supérieures à 118 km/h. 

Lire aussi :   Transat Jacques Vabre : Foncière Magellan accompagne le défi Voile Solidaires en Peloton

Il est à noter qu’en météorologie on indique toujours la direction d’où viennent les masses d’air et le vent. Par exemple, un vent ouest signifie que le vent souffle de l’ouest vers l’est. Sur les cartes météo marine, le vent signifie que le vent est représenté par des lignes longues appelées hampes. Ces hampes sont aussi munies de petits traits obliques appelés barbules ou de drapeaux triangulaires appelés flammes.

Humidité 

La météorologie maritime ne s’intéresse qu’à l’humidité relative. En d’autres termes, la proportion d’humidité que contient un volume d’air donné par rapport à la maximale qu’il peut contenir.

Après avoir décrit les principaux éléments météorologiques, nous passons maintenant aux instruments principaux de mesure météo marine. 

Quels sont les instruments principaux de mesure pour la météo marine ?

 

Comment analyser la météo marine ?

 

Les instruments météorologiques sont des instruments de mesure utilisés afin d’enregistrer les valeurs des paramètres atmosphériques. Ils sont conçus pour fonctionner de manière fiable dans les conditions naturelles de n’importe quelle zone climatique. 

Fournissant ainsi des lectures stables sur une large plage de températures et dans des conditions de forte humidité ou de précipitations. Comme instruments principaux de mesure météo marine, nous avons : thermomètre, baromètre, hygromètre, anémomètre et girouette.

Thermomètre 

Les thermomètres mesurent la température de l’air en degrés Celsius ou en degré Kelvin. C’est l’instrument le plus utilisé parce que grâce à lui nous pouvons connaître la température enregistrée quand on la regarde.

Hygromètre 

Un hygromètre, aussi appelé humidimètre, mesure l’humidité relative de l’air. Les valeurs que l’on mesure sont exprimées en pourcentage.

Baromètre 

Un baromètre mesure la pression atmosphérique. Les différentes mesures sont exprimées en Hectopascals (100 Pascals = 1 HPa et 1 Newton/mètre carré = 1 Pascal). La variation spatiale et temporelle de la pression atmosphérique est appelée gradient de pression. Généralement exprimée en HPa/Km.

Anémomètre 

C’est un appareil qui permet de mesurer la vitesse du vent en m/s ou en nœuds. Il en existe qui enregistrent en continu la vitesse du vent (anémographes) et fournissent un graphique ou anémogame. Ces graphiques montrent les augmentations soudaines de la force du vent appelées rafales.

Girouette 

La girouette utilise un potentiomètre électronique pour indiquer la direction du vent. La nouvelle girouette marine est associée à un compas électronique et prend en compte les courbes de déviation et la déclinaison magnétique. 

En principe, plusieurs facteurs affectent la direction du vent. Par exemple, la force de Coriolis aide à dévier les masses d’air et les nuages vers la droite dans l’hémisphère nord et vers la gauche dans l’hémisphère sud. 

Naturellement, cela à des conséquences sur la formation d’orages et la variation de la pression barométrique.

Certes, il est important de connaître les principaux instruments de mesure météorologique mais qu’en est-il des phénomènes météos marins potentiellement dangereux ?

Quels sont les phénomènes de météo marine potentiellement dangereux ?

La météo marine n’est pas une science exacte. Les prévisions météorologiques, notamment en mer, peuvent être contredites par des phénomènes locaux qui perturbent la météo. Il est cependant très important de comprendre la météo marine pour pouvoir sortir en mer avec un bateau. Voici quelques phénomènes météorologiques potentiellement dangereux que nous pouvons retrouver : 

Lire aussi :   Top 5 des meilleurs radars pour bateau

Brouillard

En météorologie maritime, le terme brouillard fait référence à une masse de fines gouttelettes d’eau qui se forment à la surface de l’eau, réduisant la visibilité à moins de 1 mile marin (1852 km). 

Si la visibilité est limitée mais supérieure à 1 mile marin, on parle de brume dans ce cas. De nombreux accidents se sont produits dans un épais brouillard.

Brise de mer 

La brise marine est une brise fraîche qui souffle de la mer dans un rayon de 10 à 30 km de la côte. Il se produit généralement le matin quand il fait beau et que l’air est instable et augmente au cours de la journée. 

Ce phénomène s’explique par le fait qu’une masse d’air qu’une masse d’air au-dessus du sol se réchauffe et s’élève, créant un vide rempli de masses d’air froid venant de la mer. 

Houle

Dans une région donnée, la houle décrit l’avancement des vagues générées par le vent dans une autre région (Wind Sea). Ces vagues sont plus ou moins violentes et transportent des quantités considérables d’énergies. La période de houle dure 5 à 30 secondes environ.

Si elle dure plus de 12 secondes, on parle de houle longue. L’augmentation de la houle due aux vents légers peut indiquer l’approche d’une tempête dans les 24h suivant l’événement. 

En effet, il est important de connaître les phénomènes météorologiques mais qu’en est-il des cartes météo marine ?

Qu’est-ce qu’une carte de météo marine ?

 

Lire une carte de météo marine

 

Une carte météo marine est un outil de travail indispensable. Elle donne des informations précieuses sur les caractéristiques des différents phénomènes tels que : la direction et la force du vent, l’altitude, la latitude, la pression atmosphérique, les zones de dépression, les précipitations, etc. 

Les observations enregistrées sur la carte météo ont toutes été faites simultanément à la surface de la planète. Les relevés d’observation sont pris toutes les 6h à partir de 0h (AM Universal Time) conformément à l’accord international.

On retrouve sur une carte météo de surface un ensemble de données pour chaque station où une mesure a été effectuée. On peut retrouver des stations météorologiques dans les principales villes de France à savoir :

  • Marseille
  • Le Havre
  • Toulon
  • Dunkerque
  • La Rochelle
  • Brest
  • Granville
  • Calais
  • Lorient
  • Quiberon
  • Saint Malo
  • Cannes
  • Gruissan
  • La Ciotat

Sur une carte météorologique, tous les points ayant la même pression atmosphérique à un moment donné sont reliés par des lignes isobares. En gros, plus les lignes isobares sont droites, plus le vent est puissant. 

Les fronts froids, les fronts chauds et les centres de haute et basse pression sont représentés par des symboles spécifiques.

Qu’est-ce qu’une prévision météo marine et comment est-elle réalisée ?

La prévision météo marine est l’application pratique des connaissances météorologiques pour prédire à l’avance les conditions climatiques à un moment donné. 

L’ambition de prédire le temps remonte à la nuit des temps. Cette science, basée sur les principes de la mécanique des fluides, a évolué dans sa version moderne depuis la fin du 19e siècle.

La prévision météorologique fonctionne en trois étapes principales à savoir : collecter des informations, simuler, analyser les résultats. 

Les informations sur les conditions météorologiques actuelles proviennent généralement de : satellites, stations météo terrestres et capteurs embarqués sur des avions ou des navires.

Lire aussi :   Top 5 des meilleures bouées tractées pour bateau

Les données sont ensuite traitées à l’aide d’un processus de simulation mathématique très complexe appelé : « modèle météorologique » ou « modèle prédictif ». Il permet d’obtenir un scénario d’évolution du temps. 

Il existe plusieurs modèles avec des méthodes de calcul plus ou moins différentes. Chaque modèle possède les caractéristiques suivantes :

  • Un nom
  • Source (organisme qui fournit des informations météorologiques. Comme le NOAA qui est l’agence américaine d’observation océanique et atmosphérique).
  • Zone de couverture des prévisions (couverture continentale, mondiale, régionale et côtière).
  • Maillage : les modèles prédictifs divisent l’atmosphère en petites régions appelées mailles. En quelque sorte, le maillage est la résolution à laquelle les simulations numériques 3D sont effectuées. Les prévisions sont plus pertinentes en fonction de la finesse de la maille.
  • Durée de prévision (par exemple, une prévision pour les dix prochains jours).
  • Un pas (fréquence de mise à jour des prévisions : par exemple une prévision toutes les trois heures)

Parmi les modèles principaux de prévision météo marine, nous pouvons citer les modèles WRF (USA), GFS (USA), IFS (Europe), GEM (Canada), UM (Royaume Uni) ou ICON (Allemagne). 

Météo France utilise généralement trois modèles pour les simulations météo : 

  • Arome (un modèle régional à mailles fines ne couvrant que la France métropolitaine)
  • Aladin (un modèle régional)
  • ARPEGE (un modèle global)

Les scénarios issus de modèles de calcul sont finalement analysés par des prévisionnistes et développés sous les formes suivantes : 

  • Cartes de prévisions
  • Graphiques 
  • Prévisions météo 

Les prédictions validées peuvent être visualisées à l’aide d’un lecteur de fichier Grib (XyGrib, SailGrib, zyGrib, uGrib).

Qu’est-ce qu’un bulletin météo marine ?

Les services météorologiques et climatologiques nationaux tels que Météo France doivent diffuser périodiquement des bulletins météo marine. Et ce selon les règles internationales définies par le SMDSM ou Système Mondial de détresse et de sécurité.

En effet, cette diffusion régulière aura pour objectif d’informer les navigateurs des conditions météo du milieu marin. Il existe généralement cinq types de prévisions météo marine :

  • Un bulletin de sécurité « shoreline ou rivage » couvrant une zone de 2 miles marins de large.
  • Un bulletin de sécurité « côtière », couvrant des zones jusqu’à 20 miles marins du rivage.
  • Un bulletin de sécurité « extensif ou large » couvrant une zone allant jusqu’à 200 miles de la côte.
  • Un bulletin de sécurité « haute mer ou grand large » (à plus de 200 miles des côtes).
  • Bulletin météo spécial BMS, qui est diffusé chaque fois que les conditions météo deviennent dangereuses. On distingue BMS-côte, qui diffuse sur la côte lorsque la vitesse du vent atteint sept Beaufort. 

Et BMS-Grand large, qui diffuse au large et au grand large lorsque la vitesse du vent atteint huit Beaufort.

Les bulletins météo marine sont diffusés par plusieurs moyens : système Navtex, capitaineries, réseau de satellites Inmarsat-C, radio VHF, service Navimail ou même le site web de météo France.

Conclusion

Que vous soyez navigateur novice ou confirmé, savoir consulter et analyser les données météo marine (graphes, prévisions, bulletins) est essentiel. Les conditions météorologiques extrêmes peuvent affecter non seulement le confort des marins, mais aussi leur sécurité personnelle.

Il est généralement nécessaire de vérifier les prévisions météo marine au moins huit jours avant la date de départ. Puis de vérifier les prévisions météo au moins le matin et le soir pendant la navigation tous les jours.

Laisser un commentaire